Florent Vintrigner


France

Contact : Benoit Beoziere
 










BIOGRAPHIE
Depuis les premiers fracas dans la rue et les bistrots jusqu'à la scène de l'Olympia, Florent Vintrigner, troubadour de La Rue Kétanou (chanteur accordéoniste), reprend la route en 2004, simplement comme aux premiers jours.

Pour ceux qui auraient manqué le train de La Rue Ketanou, Florent Vintrigner fait partie du trio fondateur, dans le sillage ou en amont de cette bande de copains que constituent les Tryo, Loïc Lantoine et bien d’autres. Le succès des uns et des autres était d’autant plus improbable que cette question était à l’exact opposé de leurs préoccupations. Au rang des valeurs hissées par ces trublions, on trouve l’amitié, la convivialité, la liberté, l’authenticité qui implicitement sont les valeurs politiquement incorrectes de la société de consommation.

Sur son premier album en son nom, celui qui a écrit quelque unes des plus belles chansons de la Rue Ketanou explore des sujets plus personnels et laisse apparaître une personnalité tendre sous sa voix grave. La musique, à l’image du chanteur, a gagné en maturité : le festif des jeunes années cède la place à un répertoire plus diversifié.

Poète de rue, mais pas maudit, la formule peut sembler d’un autre âge dans un monde de hard tech, mais Florent Vintrigner en est un, entier, fidèle, ingénu, vrai amoureux de la vie, de l’humanité débarrassée de ses scories perverses, un artiste engagé pour les droits de l’homme à l’amour, loin de l’opportunisme médiatico politique.

Entouré de 2 complices Jean Louis Cianci (contrebasse, cajon) et Sébastien Bennett (guitares manouche et électrique), Florent Vintrigner (accordéon, guitare) se produit dans une formule simple en trio, à l’aise en toutes les circonstances, en club comme sur une grande scène. Aussi c’est sans surprise que l’on trouvera à ses concerts un public de tout âge venant le découvrir dans son exercice favori.

En 2009, Florent Vintrigner s'épanouit davantage avec un deuxième album L’Homme Préhistorique (Ladilafé).

UN PEU D'HISTOIRE...
« J’aime le côté intemporel de la chanson. J’aime qu’une chanson n’appartienne pas entièrement à son époque, qu’elle la représente sans dépendre d’elle. » Avec L’Homme préhistorique, Florent Vintrigner signe un album dans lequel on entend clairement l’écho de notre monde actuel – les migrations du désespoir, la précarité, la crise du logement, les figures contemporaines de l’amour… Mais ses chansons s’entendent aussi de toute éternité, ici et ailleurs, à l’époque des filles en noir et blanc autant que dans les mythes d’avant l’écriture, maintenant et pour le siècle à venir…

Mots vifs, mots pudiques, mots crus, mots envolés : Florent est du pays de Georges Brassens, d’Allain Leprest, de Richard Desjardins, du pays où les mots vont à la rencontre de l’âme autant que du réel. « Je pars souvent d’une phrase. Mais le thème de la chanson peut changer en cours de route. J’imagine que quand le sculpteur attaque une pièce de bois, il ne sait pas encore si elle va lui livrer une forme abstraite ou un hibou. Je découvre au fur et à mesure ce qu’il y a dans les mots et la musique y participe : l’accordéon ou la guitare accompagnent souvent l’écriture, même si ce n’est pas la mélodie que je vais conserver. »

Florent a travaillé aux chansons de cet album dans la foulée de celles de l’album A contresens de la Rue Kétanou, et enregistré entre sa propre tournée et celle du groupe. « Nous avons eu deux résidences pendant lesquelles nous travaillions les nouvelles chansons la journée et jouions en concert le soir. » Puis suivront seize jours d’enregistrement avec ses musiciens de scène (Sébastien Bennett aux guitares, Jean-Louis Cianci à la contrebasse, Jean-Baptiste Maillet à la batterie), dans l’élan des concerts et avec la liberté que donnent l’expérience et la profondeur d’un compagnonnage.

Ainsi, l’étourdissant solo de guitare de Sébastien Bennett dans En pensant à vous : « Il est à l’aise dans tous les styles, guitare électrique, manouche, flamenca. Là, je lui avais demandé de me faire un truc un peu comique, un solo de comédie. Ça a été bon tout de suite. » Car, avec les musiciens qui l’accompagnent depuis belle lurette en tournée, l’enregistrement est plutôt simple : « Ils ont beaucoup d’idées. Après avoir fait tourner le morceau, on enregistre vite, chacun apportant ce que lui inspire le thème. Et on a souvent gardé ce qui est sorti d’emblée. Après, on continue à travailler et à chercher mais une bonne partie du disque vient des premières prises. »

Treize chansons, donc. Treize chansons dans lesquelles les sentiments ne sont jamais tièdes, paresseux, passifs. « Georges Brassens disait qu’on écrit toujours sur les mêmes thèmes – l’amour, le temps qui passe. Moi je suis obsédé par les frontières, par l’impossibilité de bouger ou de voyager, par l’appel du voyage. Quand je pense à ceux qui sont partis découvrir l’Amérique ou les Indes, mus par l’envie de découvrir, d’aller plus loin, de passer de l’autre côté de la colline, puis de la montagne, puis de l’océan… »

Dans les chansons de Florent Vintrigner, pour la Rue Kétanou comme pour ses propres disques, on n’entend guère de soumission aux usages et aux contraintes – « Je ne cire que les bottes que je porte », écrit-il dans sa chanson La Traversée. Sa liberté d’artiste est du même esprit : « Avant la Rue Kétanou, nous avions chacun nos propres projets. Mourad et Olivier avaient à l’époque le groupe Mektoub, moi je faisais déjà mon tour de chant. Quand la Rue Kétanou a vraiment décollé, nous nous y sommes entièrement consacrés. Nous ne faisions qu’une petite échappée de temps en temps, avec l’idée qu’un jour ou l’autre nous reviendrions à ces projets laissés en suspens. » Né au cours de l’été 1998, le trio la Rue Kétanou sort son premier album en 2001. Succès immédiat. Florent, Mourad et Olivier sont en permanence sur la route ou en studio. Après l’enregistrement en public du troisième album du trio, Ouvert à double tour, en 2003, « on a jugé que la Rue Kétanou avait laissé une empreinte suffisante pour qu’on ne l’oublie pas immédiatement ». Il est donc temps de renouer les fils rompus quelques années plus tôt. Mourad et Olivier lancent Mon Côté Punk et Florent commence à tourner avec le répertoire qui nourrira son premier album solo, T’inquiète Lazare.

Dès lors, les aventures artistiques des trois complices vont à la fois alterner et s’entrelacer. On verra ainsi les musiciens de Mon Côté Punk et du groupe de Florent se joindre en concert à la Rue Kétanou. « C’est très compliqué d’avoir deux groupes, très compliqué d’accorder les agendas des uns et des autres. Mais nous tenons à tout, tout est important, rien n’est une parenthèse. » Car la Rue Kétanou compte autant que les aventures personnelles : L’Homme préhistorique pour Florent, le groupe Batignolles pour Olivier (Bruant, Dimey et de nouvelles chansons), plusieurs projets de théâtre pour Mourad. Florent sourit : « Etre artiste n’est pas une envie, c’est un besoin. » 
 

Concerts Florent Vintrigner






 

Agenda

  • Nov 2017
  • Lun
  • Mar
  • Mer
  • Jeu
  • Ven
  • Sam
  • Dim
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
  •  
 
 

Newsletter

Nom  

Email  
Suivez-nous !
Notebooking | Tous droits réservés
Designed & Powered by Whoomi